À la recherche d’un grand-père inconnu

mardi 27 novembre 2018, par Catherine Merlin

En avril 2013, l’écrivain Philippe Annocque commençait, sur son blog intitulé Hublots, à transcrire les cartes postales envoyées à la famille par son grand-père paternel, Edmond Annocque, durant la Première Guerre mondiale (voir l’article paru dans La Faute à Rousseau n°67, octobre 2014, page 66). Il avait donné à cette série le titre Mon jeune grand-père, et ce titre a été repris pour l’édition « papier » de l’ensemble parue fin 2018 aux éditions Lunatique. Edmond Annocque étant mort en 1928, son petit-fils aujourd’hui quinquagénaire ne l’a pas connu. « Parce que lui, Edmond, ne deviendra jamais mon grand-père. Il aura six petits-enfants, mais il ne deviendra jamais le grand-père de personne », écrit Philippe Annocque à la dernière page du recueil.

Fait prisonnier en mai 1916, le jeune officier de 23 ans avait été envoyé à Reisen, petite ville de Pologne située non loin de Dresde, dans une zone alors sous occupation allemande, aujourd’hui près de la frontière avec la République Tchèque. En avril 1917 il est transféré à Poznan, puis à Bütow où il restera jusqu’à sa libération.

Carte après carte, on découvre en même temps l’univers du prisonnier et la vision que peut en avoir, cent ans plus tard, son petit-fils ; les choses qu’il remarque, celles qui l’intriguent, celles qu’il cherche à élucider. Car Philippe Annocque entremêle au texte copié des cartes ses propres commentaires, mis en italiques. Parfois le transcripteur n’arrive pas à déchiffrer : Edmond écrit au crayon, et très serré pour faire tenir plus de texte sur un espace limité. Philippe Annocque note alors : « Je ne comprends pas la suite. [...] Je le recopie quand même parce que peut-être qu’en me relisant je comprendrai. Souvent ce n’est que plus tard qu’on comprend. »

À d’autres moments, il s’interroge sur des personnes mentionnées par le prisonnier, et dont il ne connaît pas le nom ; font-elles partie de la famille ? Il questionne son propre père, consulte les généalogies, trouve ou ne trouve pas des réponses ; de tout cela il rend compte dans ses notes.

Chaque carte adressée par Edmond Annocque à ses parents est signée de « Votre fils qui vous aime de tout son cœur ». Commentaire du petit-fils : « Ces cartes font partie d’un rite, et leur contenu lui-même relève du rite. Le rite est cette chose un peu absurde qui vous rassure dans un monde absurde, à la condition qu’on n’y déroge pas. »

Le texte des cartes est certes banal et souvent répétitif. Le prisonnier parle de la nourriture, du courrier – tenant une comptabilité très précise des lettres et des colis reçus, qui sont numérotés. Les jours se suivent et se ressemblent. Même s’il lui arrive de jouer au tennis ou au football, il n’a généralement pas grand-chose à faire de ses journées. Il ne se plaint pas, glisse juste parfois qu’il « commence à trouve le temps long ». Il note en septembre 1917 : « Quelle dose de patience il faut tout de même pour être prisonnier, toujours attendre et pour tout. » Il affirme souvent, pour rassurer ses parents, avoir « le moral très bon ».

En novembre 2018, juste cent ans après la fin de la guerre, Philippe Annocque publie sur son blog une lettre qu’il adresse à son père pour lui expliquer la gestation du livre et sa composition spécifique, associant la transcription des cartes et leur commentaire. Il conclut : « Il m’a semblé que, en procédant de la sorte, ça devenait un objet littéraire, autant qu’un témoignage historique. […] Et comme dit Edmond dans l’une de ses cartes, ‘ce sera un souvenir’. C’est une bonne chose car nous n’en avons pas beaucoup. »