Pierre Poupon : La magie du style

lundi 6 août 2018, par André Durussel

Édition de l’Armaçon, Précy-sous-Thil, févr. 2000

Les pages de vie de Pierre Poupon (1917-2009)

Il y a de petits ouvrages dont on ne cesse de relire les pages, bien que ces dernières datent déjà d’une vingtaine d’années. La magie du style de Pierre Poupon est l’un de ceux-là. Et plus particulièrement par le chapitre qu’il consacre à la pratique du journal intime.

Pourquoi cela ? Parce que Pierre Poupon, ni professeur, ni écrivain de carrière, est un autodidacte qui s’était surtout fait connaître à partir de 1957 par sa grande connaissance des vins de Bourgogne. Il a su exprimer cette saveur des vins comme celui des jours et des mots, par une écriture plaisante, fort savoureuse elle aussi.

Dans les pages qu’il consacre précisément à la tenue d’un journal personnel, il insiste judicieusement sur deux composantes essentielles : le fond et la forme. Il souligne que l’un ne va pas sans l’autre. S’il cite André Gide, et surtout Julien Green, ce grand frère qu’on admire, les conseils de Pierre Poupon n’ont rien perdu de leur pertinence. Il est aussi question de Georges Simenon, de Claude Mauriac, ce fils de François Mauriac et ancien secrétaire du Général de Gaulle, auteur d’un Journal séquentiel et de Guy de Pourtalès.

On mentionnera enfin ici une "Liste des principaux diaristes de la littérature française" que l’auteur dresse à la fin de son ouvrage. Il s’agit d’une cinquantaine d’écrivains, de Joseph Joubert (1754-1824) à Jean Guitton (1901-1999), en passant par Amiel (1821-1881). Il manque certes à cette liste non exhaustive Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947), ainsi que le journal de Gustave Roud dont les tomes 1 et 2 (de 1916 à 1971) ont été publiés chez Empreintes en 2004. Mais peu importe, finalement. Ces pages de vie de Pierre Poupon sont les fruits de son expérience.